Psychologue clinicien depuis 36 ans,
Dr Jean-Guy Rochefort est titulaire d’un doctorat en psychologie. Il est membre de l’Ordre des psychologues du Québec depuis 1983. Il est également membre du Répertoire Canadien des psychologues offrant des Services de Santé, de la Société Québécoise d’Hypnose et de la Société Québécoise de douleur.

Dr Jean-Guy Rochefort, D. Psy.

A P P R O C H E

C L I E N T È L E

Son approche psychothérapeutique est intégrative. Il allie les techniques associées à l’approche systémique brève et cognitivo-comportementale tout en priorisant le lien thérapeutique sous une forme humaniste. Il lui est important d’amener les clients à comprendre leurs enjeux et leurs problématiques de santé mentale pour mieux saisir ce qui oriente le traitement proposé et les accompagner dans l’amélioration de leur qualité de vie.

Une clientèle d’adultes et de jeunes adultes, de personnes plus âgées, de membres d’une même famille qui éprouvent des difficultés d’adaptation, de communication ou de conflits.

F O R M A T I O N

Dr Rochefort a d’abord été formé en Psychothérapie systémique brève selon l’approche du Dr Paul Watzlawick de Palo Alto dans les années 80. Dans les années 90, alors qu’il travaillait à titre de géronto-psychologue, il s’est engagé dans une formation complète en hypnose clinique afin de développer une expertise en douleur chronique et en post-traumatique. C’est auprès de ses mentors, Dr André Weitzenhoffer, Ph.D., psychologue et professeur de psychologie et de psychiatrie à l’Université Stanford de Phoenix et Dr Jean Godin, médecin psychiatre-psychologue de l’Institut d’Hypnose Éricksonnienne de Paris qu’il a développé ses bases théoriques et pratiques en hypnose clinique. Toujours dans un souci de mieux aider sa clientèle plus âgée, il a étudié en neuropsychologie pendant plus de trois années (200 heures) auprès de l’équipe médicale de neurologie de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus. Cette formation d’appoint lui a permis de mieux comprendre les pathologies physiques et les psychopathologies liées au vieillissement. Depuis les années 90, Dr Rochefort a été supervisé et formé en approche cognitivo-comportementale auprès des spécialistes en troubles anxieux (TOC, TSPT, Trouble panique, TAG), en troubles d’humeur et en troubles de la personnalité. Jusqu’aujourd’hui, Dr Rochefort a toujours tenu à parfaire ses connaissances par une formation continue et ainsi pouvoir présenter une offre de services à la fine pointe de ce qui est proposé dans la littérature scientifique.

Dr Rochefort a été professeur de clinique auprès d’étudiants gradués de 2e et 3e cycle pour l’École de psychologie de l’Université Laval sur une période de quinze ans. Dr Rochefort est titulaire d’un doctorat clinique en psychologie de l’Université Laval dont le thème de recherche était axé sur le Trouble d’anxiété généralisée, communément appelé le TAG.

Approche

Son approche psychothérapeutique est intégrative. Il allie les techniques associées à l’approche systémique brève et cognitivo-comportementale tout en priorisant le lien thérapeutique sous une forme humaniste. Il lui est important d’amener les clients à comprendre leurs enjeux et leurs problématiques de santé mentale pour mieux saisir ce qui oriente le traitement proposé et les accompagner dans l’amélioration de leur qualité de vie.

C l i e n t è l e

Une clientèle d’adultes et de jeunes adultes, de personnes plus âgées, de membres d’une même famille qui éprouvent des difficultés d’adaptation, de communication ou de conflits.

F o r m a t i o n

Dr Rochefort a d’abord été formé en Psychothérapie systémique brève selon l’approche du Dr Paul Watzlawick de Palo Alto dans les années 80. Dans les années 90, alors qu’il travaillait à titre de géronto-psychologue, il s’est engagé dans une formation complète en hypnose clinique afin de développer une expertise en douleur clinique et en post-traumatique. C’est auprès de ses mentors, Dr André Weitzenhoffer, Ph.D., psychologue et professeur de psychologie et de psychiatrie à l’Université Stanford de Phoenix et Dr Jean Godin, médecin psychiatre-psychologue de l’Institut d’Hypnose Éricksonnienne de Paris qu’il a développé ses bases théoriques et pratiques en hypnose clinique. Toujours dans un souci de mieux aider sa clientèle plus âgée, il a étudié en neuropsychologie pendant plus de trois années (200 heures) auprès de l’équipe médicale de neurologie de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus. Cette formation d’appoint lui a permis de mieux comprendre les pathologies physiques et les psychopathologies liées au vieillissement. Depuis les années 90, Dr Rochefort a été supervisé et formé en approche cognitivo-comportementale auprès des spécialistes en troubles anxieux (TOC, TSPT, Trouble panique, TAG), en troubles d’humeur et en troubles de la personnalité. Jusqu’aujourd’hui, Dr Rochefort a toujours tenu à parfaire ses connaissances par une formation continue et ainsi pouvoir présenter une offre de services à la fine pointe de ce qui est proposé dans la littérature scientifique.

Dr Rochefort a été professeur de clinique auprès d’étudiants gradués de 2e et 3e cycle pour l’École de psychologie de l’Université Laval sur une période de quinze ans. Dr Rochefort est titulaire d’un doctorat clinique en psychologie de l’Université Laval dont le thème de recherche était axé sur le Trouble d’anxiété généralisée, communément appelé le TAG.

S E R V I C E S   C L I N I Q U E S

La recherche de sens par le bon service

Service d’évaluation psychologique

Il s’agit d’une évaluation qui regroupe le motif de consultation, le contexte situationnel du problème, l’anamnèse, les antécédents de consultation, l’histoire familiale, médicale, académique, les habitudes de vie, l’état du réseau social et l’examen mental. Cette évaluation vise à connaître la nature de la demande, l’état mental du patient, ses capacités et ressources personnelles pour entreprendre un traitement et proposer un plan de traitement adapté au besoin de ce patient.

Service d’évaluation des troubles mentaux

Il s’agit d’une évaluation complète qui regroupe les mêmes éléments que l’évaluation psychologique mais qui vise en plus, d’évaluer la présence de troubles mentaux à partir de critères du DSM5 (Manuel de critères diagnostiques des troubles mentaux).

Psychothérapie individuelle et familiale

La psychothérapie est un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique qui a pour but de favoriser chez le client des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, dans sa personnalité ou dans son état de santé. Ce traitement va au-delà d’une aide visant à faire face aux difficultés courantes ou d’un rapport de conseils ou de soutien.

Hypnose clinique

L’approche utilisée est la « Nouvelle Hypnose » telle qu’enseignée par Dr Jean Godin de l’Institut d’Hypnose Éricksonnienne de Paris. Cette technique vise une détente profonde dont le but est de mobiliser les ressources psychologiques d’un patient afin de faciliter l’intégration personnelle de solutions face à des problèmes rencontrés. L’utilisation de métaphores (mot ou phrase qui dénote une chose mais, qui, par analogie, en suggère une autre) vise à mobiliser les ressources du patient en s’adressant à la partie inconsciente d ce dernier. Dr Rochefort utilise cette technique plus particulièrement dans le cadre de traitements pour phobies, pour état de stress post-traumatique et de gestion des douleurs chroniques.

Service d’accompagnement et de soutien

Le service d’accompagnement et de soutien vise à assurer un support et un soutien à une personne qui vit une situation éprouvante situationnelle. L’écoute et l’accueil en sont les principales composantes.

Consultation psychologique

Ce type d’intervention peut concerner de l’éducation psychologique ou tout simplement une demande de conseils ou d’avis. Ce client ne consulte pas pour un traitement. Il a besoin d’information, qu’on lui explique certaines notions théoriques liées à des problématiques psychologiques de nature contextuelle, situationnelle ou même développementale parfois. Ce type d’intervention ne vise pas à amener une personne à changer des attitudes ou comportements, ou à changer sa manière de penser ou de réagir, comme le ferait une psychothérapie, mais plutôt de proposer des pistes de réponses à certaines questions, aider à faire des choix ou à mieux comprendre.

Service d’évaluation psychologique

Il s’agit d’une évaluation qui regroupe le motif de consultation, le contexte situationnel du problème, l’anamnèse, les antécédents de consultation, l’histoire familiale, médicale, académique, les habitudes de vie, l’état du réseau social et l’examen mental. Cette évaluation vise à connaître la nature de la demande, l’état mental du patient, ses capacités et ressources personnelles pour entreprendre un traitement et proposer un plan de traitement adapté au besoin de ce patient.

Service d’évaluation des troubles mentaux

Il s’agit d’une évaluation complète qui regroupe les mêmes éléments que l’évaluation psychologique mais qui vise en plus, d’évaluer la présence de troubles mentaux à partir de critères du DSM5 (Manuel de critères diagnostiques des troubles mentaux).

Psychothérapie individuelle et familiale

La psychothérapie est un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique qui a pour but de favoriser chez le client des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, dans sa personnalité ou dans son état de santé. Ce traitement va au-delà d’une aide visant à faire face aux difficultés courantes ou d’un rapport de conseils ou de soutien.

Hypnose clinique

L’approche utilisée est la « Nouvelle Hypnose » telle qu’enseignée par Dr Jean Godin de l’Institut d’Hypnose Éricksonnienne de Paris. Cette technique vise une détente profonde dont le but est de mobiliser les ressources psychologiques d’un patient afin de faciliter l’intégration personnelle de solutions face à des problèmes rencontrés. L’utilisation de métaphores (mot ou phrase qui dénote une chose mais, qui, par analogie, en suggère une autre) vise à mobiliser les ressources du patient en s’adressant à la partie inconsciente d ce dernier. Dr Rochefort utilise cette technique plus particulièrement dans le cadre de traitements pour phobies, pour état de stress post-traumatique et de gestion des douleurs chroniques.

Service d’accompagnement et de soutien

Le service d’accompagnement et de soutien vise à assurer un support et un soutien à une personne qui vit une situation éprouvante situationnelle. L’écoute et l’accueil en sont les principales composantes.

Consultation psychologique

Ce type d’intervention peut concerner de l’éducation psychologique ou tout simplement une demande de conseils ou d’avis. Ce client ne consulte pas pour un traitement. Il a besoin d’information, qu’on lui explique certaines notions théoriques liées à des problématiques psychologiques de nature contextuelle, situationnelle ou même développementale parfois. Ce type d’intervention ne vise pas à amener une personne à changer des attitudes ou comportements, ou à changer sa manière de penser ou de réagir, comme le ferait une psychothérapie, mais plutôt de proposer des pistes de réponses à certaines questions, aider à faire des choix ou à mieux comprendre.

M O T I F S   D E   C O N S U L T A T I O N

Parce que chaque motif de consultation mérite un service adapté à vos besoins

Un psychothérapeute est un guide qui m’accueille et m’accompagne dans la compréhension du sens et de l’impact des tourments de ma vie. Il m’aide à trouver un équililbre et une sérénité intérieure.

Trouble d’adaptation

Un trouble d’adaptation est caractérisé par la présence de symptômes émotionnels et/ou comportementaux consécutifs à un stress important. Le diagnostic est proposé lorsque ces symptômes ne rencontrent pas les critères d’un autre trouble tel que la dépression, un trouble anxieux, un état de stress aïgu ou un état de stress post-traumatique. L’intensité des symptômes est moindre et il y a moins d’impact sur le plan fonctionnel. Le trouble d’adaptation peut prendre trois formes : trouble d’adaptation avec humeur anxieuse, trouble d’adaptation avec humeur dépressive et trouble d’adaptation avec humeur mixte.

Deuil

Un deuil est processus de sentiments et d’émotions éprouvé suite à la mort d’un proche ou suite à une perte significative qu’elle soit réelle ou imaginée. Ce processus de délivrance exige de la part de la personne de la résilience. On appelle « deuil complexe persistant » lorsque les symptômes persistent et sont intenses au point d’interférer avec les relations interpersonnelles, le travail, les études ou d’autres zones de la vie. Il n’est pas rare, dans ces cas, de retrouver une combinaison de symptômes dépressifs et parfois même, des symptômes liés au stress post-traumatique.

Conflits relationnels

Les conflits relationnels peuvent entraîner des sentiments de honte, d’injustice, de culpabilité, de peine, de colère, etc. Les conflits font partie de la vie puisque dès que deux personnes sont en lien d’une quelconque façon, ils sont susceptibles d’être en désaccord un jour ou l’autre. Lorsque la recherche de solutions ou de compromis rencontre une impasse et que chacune des parties demeure sur sa position, il y a conflit. Si ce désaccord touche à des valeurs personnelles significatives, il est possible que ce conflit prenne de l’ampleur et ternisse la relation. C’est alors que les principes d’une communication efficace deviennent la clé pour une résolution du conflit.

Stress au travail

Le stress au travail peut être déclenché de plusieurs façons : pression et exigences démesurées du gestionnaire, exigences démesurées de la personne elle-même, mandat trop grand, tâches trop nombreuses, conflits avec collègues, etc. Une aide extérieure est parfois souhaitable afin d’identifier la source du stress et réfléchir à des stratégies de gestion du stress.

Épuisement professionnel

L’épuisement professionnel est directement lié au travail. On considère qu’il y a épuisement professionnel lorsque l’un ou plusieurs de ces 7 signes se manifeste : épuisement émotionnel/mental/physique, absentéisme, désengagement, désintérêt, isolement, sensibilité accrue, perception exagérée des situations. Selon L’OMS (l’organisation mondiale de la santé), l’épuisement professionnel se caractérise par un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail. Tous les travailleurs qui traversent une période d’épuisement sont en situation de stress chronique. La grande majorité a une charge de travail élevée à laquelle s’ajoutent : un manque d’autonomie, un déséquilibre entre les efforts fournis et la reconnaissance obtenue, un faible soutien social du supérieur immédiat ou entre collègues, une communication insuffisante. Une aide extérieure est parfois souhaitable afin d’identifier les sources du stress chronique et réfléchir à des stratégies de gestion du travail.

Troubles du sommeil

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles une personne sera confrontée à un trouble du sommeil : anxiété, dépression, apnée, ronflement, narcolepsie, environnement, etc. Avoir une bonne hygiène de sommeil requiert de bonnes habitudes de vie, bien se nourrir, avoir un horaire régulier, un environnement favorable, etc. Cependant, les aléas de la vie nous apportent diverses conditions et épreuves qui vont perturber notre sommeil. Parfois, nous avons besoin d’un regard extérieur afin d’identifier certains éléments déclencheurs et déterminer des stratégies de résolution.

Troubles anxieux

Parmi les troubles anxieux, on retrouve le Trouble d’Anxiété généralisée (TAG), le Trouble panique avec ou sans agoraphobie, le Trouble de stress post-traumatique (TSPT) et le Trouble obsessionnel-compulsif (TOC). L’approche cognitive-comportementale est privilégiée afin de faire le traitement de ces psychopathologies.

État dépressif

Un état dépressif peut se manifester sous plusieurs formes et ne pas constituer nécessairement une dépression majeure. On parlera d’état dépressif lorsqu’une personne manifeste l’un ou plusieurs des neuf symptômes suivants : humeur triste accompagnée de pleurs ou de sentiment de désespoir, diminution de l’intérêt, évolution du poids, trouble du sommeil, ralentissement psychomoteur ou agitation, fatigue inhabituelle, sentiment de dévalorisation, troubles cognitifs, idées noires.

L’intensité des symptômes et l’impact sur le fonctionnement de la personne peut aider à déterminer si la personne est aux prises avec une dépression majeure. Lorsque la dépression majeure est diagnostiquée, un traitement psychologique, pharmacologique ou combiné est indiqué.

Trouble à symptomatologie somatique

Ce trouble se caractérise par la manifestation de symptômes somatiques qui causent une détresse ou entraîne une altération significative de la vie quotidienne. On y retrouve, entre autres, l’hypochondrie, la somatisation et le trouble factice. La personne atteinte a des pensées persistantes et excessives concernant la gravité de ses symptômes. En raison de cela, elle vit un niveau intense d’anxiété concernant sa santé et elle consacre un temps et une énergie excessive à ses symptômes et à son état de santé. Ces personnes peuvent bénéficier d’un traitement cognitivo-comportemental au niveau des pensées envahissantes.

Trouble de la personnalité

L’être humain se caractérise par un ensemble de traits de personnalité parmi onze personnalités identifiées (par consensus de chercheurs/spécialistes et listés dans le DSM5). La combinaison unique de ces traits donne à chaque personne son originalité, sa couleur. Lorsque des modalités liées à des expérience vécues et l’expression des conduites sont déviantes de ce qui est attendu dans notre culture, on peut parler de troubles de la personnalité. Les déviations chez les personnes se produisent sur quatre plans : la cognition, l’affectivité, le fonctionnement interpersonnel et le contrôle des impulsions. Ces déviations atteignent la personne sur le plan fonctionnel dans plusieurs domaines de sa vie : travail, études, réseau social, etc. Il est difficile pour les personnes atteintes de reconnaître leurs difficultés et leurs parts de responsabilité dans les problèmes qui en découlent. Une psychothérapie permet d’identier les enjeux problématiques, d’améliorer la régulation émotionnelle et de développer de meilleures habiletés de communication et des relations interpersonnelles plus harmonieuses.

TDAH

Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité est une condition neurologique acquise de façon héréditaire. Le trouble est diagnostiqué à partir d’observation des comportements et attitudes au long cours. Ce trouble peut prendre trois formes : le trouble déficitaire avec inattention prédominante, avec hyperactivité/impulsivité prédominante ou sous forme combinée. Un traitement cognitif-comportemental a été conçu par Dr Safran afin d’aider ces personnes. Comme il existe un pourcentage important de ces personnes qui souffrent également d’autres troubles concomittants (TAG, personnalité obsessionnelle-compulsive, etc.), il est important de procéder à une évaluation rigoureuse de ces personnes. Cette évaluation permet de tracer un portrait clinique spécifique afin de personnaliser le traitement. Pendant ce traitement, il est avantageux de pouvoir compter sur la collaboration des proches afin d’augmenter le succès thérapeutique.

Douleur chronique

La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite ainsi. Cette sensation subjective est normalement liée à un message de douleur, un stimulus nociceptif transmis par le système nerveux. D’un point de vue biologique et évolutif, la douleur est une information fournie qui permet de prendre conscience de l’état de son corps pour pouvoir y répondre.

Elle est considérée comme une douleur chronique lorsque son installation est continue, durable ou récurrente et s’exprime comme une maladie. Elle dure plus longtemps que la période normale de guérison ou plus de trois à six mois. Cette maladie est le signe d’un dysfonctionnement des mécanismes de sa genèse. Il existe la douleur neurogène et la douleur psychogène.

La douleur neurogène est liée à la destruction ou la lésion d’une structure nerveuse.

La douleur psychogène désigne une douleur qui serait uniquement ou principalement causée par des facteurs psychologiques, émotionnels et comportementaux. Cette douleur est donc générée par le psychisme mais n’est pas imaginaire, elle est réellement ressentie par la personne mais en l’absence de lésion.

La douleur psychogène peut être adressée en hypnose clinique. Il s’agit d’abord d’idenfier la représentation psychique du membre endolori chez un patient afin de travailler de façon métaphorique sur les processus inconscients et ressources réparatrices de ce patient. La Nouvelle Hypnose se veut une technique hypnotique surprenante et réconfortante.

F O R M A T I O N

Pour mon développement clinique

Évaluation d’un trouble mental

(Rédaction d’un rapport d’évaluation)

Dates à venir

R É F É R E N C E S   L I T T É R A I R E S

Pour mon développement personnel

Livres sur les problématiques anxieuses

André, C., Légeron, P. (2003). La peur des autres. (3e éd.). Éd. Odile Jacob (livre sur l’anxiété et la phobie sociale s’adressant au public et aux cliniciens)

Brillon, P. (2006). Se relever d’un traumatisme : Réapprendre à vivre et à faire confiance. Guide à l’intention des victimes. Éd. Québécor. (Livre s’adressant aux personnes atteintes d’un TSPT).

Brillon, P. (2005). Comment aider les victimes souffrant de stress post-traumatique : Guide à l’intention des thérapeutes. Éd. Québécor.

Butler, G. (2010). Réussir à surmonter la timidité et la peur des autres. Éd. Béliveau. ((Livre s’adressant aux personnes atteintes d’anxiété sociale et aux cliniciens).

Émery, J-L. (2000). Surmontez vos peurs : vaincre le trouble panique et l’agoraphobie. Éd. Odile Jacob. (Livre s’adressant aux personnes atteintes d’anxiété sociale et aux cliniciens).

Ladouceur, R., Bélanger, L., Léger, E. (2003). Arrêtez de vous faire du souci pour tout et pour rien. Éd. Odile Jacob. (Livre s’adressant aux personnes atteintes d’un trouble d’anxiété généralisée ainsi qu’aux cliniciens).

Jacobson, E. (1980). Savoir relaxer pour combattre le stress. Éd. de l’Homme.

Lupien, S. (2010). Par amour du stress. Éd.au Carré. (Livre s’adressant au public et aux cliniciens).

Macqueron, G., Roy, S. (2004). La Timidité : comment la surmonter. Éd. Odile Jacob. (Livre s’adressant aux personnes atteintes d’anxiété sociale et aux cliniciens).

Marchand, A., Letarte, A. (2004). La peur d’avoir peur (4e éd.). Éd. Stanké. (Livre s’adressant aux personnes atteintes de trouble panique et aux cliniciens).

Marquis, S. (2011). Pensouillard le Hamster. Éditions Transcontinental. (Livre s’adressant au public).

Sauteraud, A. (2000). Je ne peux m’arrêter de Laver, Vérifier, Compter : Mieux vivre avec un TOC. Éd. Odile Jacob. (Livre s’adressant aux personnes atteintes d’un trouble obsessionnel-compulsif, TOC et aux cliniciens).

Selye, H. (1974). Stress sans détresse. Éd La Presse.

Zane, M. D. & Milt, H. (1990). Finies les phobies. Éd. de l’Homme. ((Livre s’adressant aux personnes atteintes de phobies et aux cliniciens).

Livres sur les problématiques de personnalité s’adressant aux cliniciens

Debray, Q., Nollet, D. (2009). Les personnalités pathologiques, approche cognitive et thérapeutique. Éd. Masson.

Debray, Q., Kindynis, S., Leclère, M., Seigneurie, A.S. (2005). Protocoles de traitement des personnalités pathologiques : approche cognitivo-comportementale. Éd. Masson.

Delisle, G. (1993). Les troubles de la personnalité. Éd. du Reflet.

Delisle, G. (2004). Les pathologies de la personnalité. Éd. du CIG.

Labrosse, R., Leclerc, C. (2007). Trouble de personnalité limite et réadaptation : Points de vue de différents acteurs, Tome 1. Éd. Ressources.

Masterson, J. F. (1981). The Narcissistic and Borderline disorders. Brunner & Mazel.

Livres traitant de la psychothérapie s’adressant aux cliniciens

Beck, J.S. (2011). Cognitive Behavior Therapy: Basics and beyond (2nd ed.) The Guilford Press.

Beck, J.S. (2005). Cognitive Therapy for Challenging Problems: What to do when the basics don’t work. The Guilford Press.

Cottraux, J., Blackburn, I.M. (1995). Psychothérapies cognitives des troubles de la personnalité. Éd. Masson.

Fisch, R., Weakland, J.H., Segal, L. (1986). Tactiques du changement. Éd. Du Seuil.

Cozolino, L. (2012). La neuroscience de la psychothérapie. Éditions du CIG.

Girard, L., Delisle, G. et al. (2012). La psychothérapie du lien : Genèse et continuité. Éd du CIG.

Perls, F. (2003). Manuel de Gestalt-thérapie : un nouveau regard sur l’homme. Éd. ESF.

Mirabel-Sarron, C. (2002). La dépression, comment en sortir. Éd. Odile Jacob.

Morin, C.M. (1996). Vaincre les ennemis du sommeil. Éd. de l’Homme.

Schore, A.N. (2003). La régulation affective et la réparation du Soi. Éd. du CIG.

Schultz, J.H. (1958). Le training autogène. Éd. Presses Universitaires de France.

Shapiro, F. (2001). Eye Movement Desensitization and Reprocessing : Basic, Principles, Protocols, and Procedures (2nd ed.). The Guilford Press.

Tournebise, T. (2011). Le grand livre du psychothérapeute. Éd. Eyrolles.

Watzlawick, P., Weakland, J. & Fisch, R. (1975). Changements, paradoxes et psychothérapie. Éd du Seuil.

Young, J.E., Klosko, J.S. & Weishaar, M.E. (2005). La thérapie des schémas: Approche cognitive des troubles de personnalité. Éd. de Boeck.

Livres en psychologie clinique s’adressant aux praticiens

Dolto, F. (1987). Dialogues québécois. Éd. Seuil.

Freud, S. (1981). Essais de psychanalyse. Éd. Petite bibliothèque Payot.

Freud, A. (1965). Le Normal et le Pathologique chez l’enfant. Éd. Gallimard.

Freud, A. (1949). Le Moi et les mécanismes de défense. Presses universitaires de France.

Grosskurth, P. (1986). Melanie Klein : Her world and her work. Knopf Pub.

Klein, M. (1968). Essais de psychanalyse. Éd. Payot.

Maslow, A.H. (1972). Vers une psychologie de l’être. Éd. Fayard.

Miller, A. (1983). Le drame de l’enfant doué. Éd. Presses Universitaires de France.

Miller, A. (1990). Abattre le mur du silence. Éd. Aubier.

Miller, A. (1994). L’avenir du drame de l’enfant doué. Éd. Presses Universitaires de France.

Miller, A. (2004). Notre corps ne ment jamais. Éd. Flammarion.

Obegi, J.H., Berant, E. (2009). Attachment Theory and Research in Clinical work with adults. The Guilford Press.

Presles, P. (2011). Tout ce qui n’intéressait pas Freud : L’éveil à la conscience et à ses mystérieux pouvoirs. Éd. Robert Laffont.

Quinodoz, D. (2009). Des mots qui touchent. Presses universitaires de France.

Searles, H. (1981). Le contre-transfert. Éd. Gallimard.

Searles, H. (1965). L’effort pour rendre l’autre fou. Éd. Gallimard.

Sheehy, G. (1978). Les Passages de la vie: les crises prévisibles de l’âge adulte. Éd. Sélect.

Vézina, J., Cappeliez, P., Landreville, P. (1995). Psychologie gérontologique (2e éd.). Éd. Gaétan Morin.

Winnicott, D.W. (1957). L’enfant et le monde extérieur. Éd. Petite bibliothèque Payot.

Livres en psychologie de l’enfance s’adressant aux cliniciens

Gouin-Décarie, T. (1953). Le développement psychologique de l’enfant. Éd. Fidès.

Lemay, M. (2014). Forces et souffrances psychiques de l’enfant : I- Le développement infantile. Éd. Érès.

Maziade, M. (1988). Guide pour parents inquiets : Aimer sans se culpabiliser. Éd. La Liberté Québec.

Livres en psychopathologie s’adressant aux cliniciens

Barlow, D.H., Durand, V.M. (2016). Psychopathologie: une approche integrative. Éd. de Boeck.

Barlow, D.H. (2011). The Oxford Hanbook of Clinical Psychology. Oxford Library of Psychology.

Barlow, D.H. (2008). Clinical Hanbook of Psychological Disorders: A step-by-step manual (4th ed.) The Guilford Press.

Black, D.W., Andreasen, N.C. (2011). Introductory Textbook of Psychiatry. (5th ed.). American Psychiatric Publishing.

Bonnet, G. (1983). Les perversions sexuelles. ÉD. Que sais-je ?

Coleman, J.C., Butcher, J.N., Carson, R.C. (1980). Abnormal Psychology and Modern Life. Scott, Foresman & Company.

Crocq, M.A., Guelfi, D. (2016). Mini DSM-5 : critères diagnostiques. Éd. Elsevier Masson.

Ladouceur, R., Sylvain, C., Boutin, C., Doucet, C. (2000). Le Jeu excessif : comprendre et vaincre le gambling. Éd. de l’Homme.

Lalonde, P., Pinard, G.F. et coll. (2016). Psychiatrie clinique : Approche bio-psycho-sociale (4e éd.), Tome 1. Éd. Chenelière Éducation.

Laplanche, J., Pontalis, J-B. (1967). Vocabulaire de la psychanalyse. Éd. Presses Universitaires de France.

Livres en évaluation et rédaction de rapport clinique

Goldfinger, K., Pomerantz, A. (2010). Psychological Assessment and Report writing. Sage Publications.

Goupil, G., Marchand, A. (2001). Rédiger un rapport psychologique. Éd. Gaétan Morin.

Ownby, R.L. (1997). Psychological Reports: A Guide to Report writing in Professional Psychology. John Wiley &Sons.

Tallent, N. (1993). Psychological Report Writing (4th ed.). Englewood Cliffs.

Sommers-Flanagan, J. and R. (2009). Clinical Interviewing. John Wiley & Sons Publications.

Wiger, D.E. (1997). The Clinical Documentation Sourcebook: A comprehensive Collection of Mental Health Practice Forms, Handouts, and Records. John and Sons.

Wolber, G.J. & Carne, W.F. (1993). Writing Psychological Reports: A Guide for Clinicians. Professional Press.

Zuckerman, E.L. (1997). The Paper Office : Forms, Guidelines and Resources (2nd ed.). The Guilford Press.

Livres en supervision clinique

Belleville, G. (2014). Assieds-toi et écris ta thèse !. Éd. Presses de l’Université Laval. (Livre s’adressant surtout aux étudiants qui rédigent un mémoire, une thèse)

Bernard, J., Goodyear, R. (2008). Fundamentals of Clinical Supervision. (4th ed.). Éd. Merrill/Pearson.

Shea, S.C. (2005). La conduite de l’entretien psychiatrique: l’art de la compréhension. Éd. Elsevier.

Livres en Hypnose clinique s’adressant aux praticiens

Godin, J. (1992). La Nouvelle Hypnose. Éd. Albin Michel.

Michaux, D., Halfon, Y., Wood, C. (2007). Manuel d’hypnose pour les professionnels de la santé. Éd. Maloine.

Salem, G., Bonvin, E. (1999). Soigner par l’hypnose (4e éd.). Éd. Masson.

Streeter, M. (2004). Hypnosis : Secrets of the mind. Barrons.

Weitzenhoffer, A.M. (1989). The Practice of Hyptotism: Applications of Traditional and Semi-Traditional Hypnotism, Non-Traditional Hypnotism. (vol 1). Wiley Press.

Weitzenhoffer, A.M. (1989). The Practice of Hyptotism: Applications of Traditional and Semi-Traditional Hypnotism, Non-Traditional Hypnotism. (vol 2). Wiley Press.

Livres en médecine, en neurologie et en neuropsychologie s’adressant aux cliniciens

Botez, M.I. (1996). Neuropsychologie clinique et neurologie du comportement (2e éd.). Éd. Masson. (Livre traitant des aspects diagnostiques–via l’imagerie anatomique et métabolique et la neurochimie—les aspects thérapeutiques et la prise en charge des patients souffrant de troubles moteurs et cognitifs du comportement).

Guyton, A.C. (1989). Anatomie et physiologie du système nerveux. Éd. Décarie-Vigot.

Houdart, R. (1973). Introduction à la neurologie. Éd. Asclepios.

Healy, D. (2009). Les médicaments psychiatriques : démystifiés. Éd. Elsevier.

Manning, L. (2005). La Neuropsychologie clinique : approche cognitive (3e éd.). Éd. Armand Colin.

Netter, F.H. (1977). Nervous system (vol 1). The CIBA Collection of Medical illustrations. CIBA.

Livres sur le TDAH et la Douance

Bélanger, M. (2019). La Douance : comprendre le haut potentiel intellectuel et créatif. Éditions MIDI TRENTE.

Lafleur, M., Pelletier, M.F., Vincent, M.F., Vincent, A. (2010). La Maîtrise du TDAH chez l’adulte : Un programme de thérapie cognitive-comportementale. Éditions IUSMQ.

Vincent, A. (2007). Mon cerveau a encore besoin de lunettes : Le TDSH chez l’adulte. Éditions de l’Homme.

Livres sur les problématiques de santé mentale s’adressant au public

Bradshaw, J. (1988). S’affranchir de la honte. Éd. de l’Homme.

Gunn, H. E. (1979). Comment surmonter le sentiment de culpabilité. Éd. Stanké.

Pistorio, M. (2010). La sagesse de nos colères : de la colère qui détruit à la colère qui construit.   Éd. de l’Homme.

Plante, S. (2011). Vaincre la douleur et la maladie : les messages du corps. Éd. Québécor.

Ryerson, E. (1985). When your parent drinks too much : A book for teenagers. Facts of life.

Watzalawick, P. (1984). Faites vous-même votre malheur. Éd. du Seuil.

Young, J.E. & Klosko, J.S. (2013). Je réinvente ma vie: vous valez mieux que ce que vous pensez. Éd de l’Homme.

Livres populaires en psychologie

Campbell, S. M. (1988). Changer ensemble. Éd. de l’Homme.

Cloutier, R., Filion, L., Timmermans, H. (2001). Les parents se séparent…pour mieux vivre la crise et aider son enfant. Éd. Hôpital Ste-Justine.

Corneau, G. (2010). Revivre. Éd. de l’Homme.

Corneau, G. (2000). La guérison du coeur. Éd. de l’Homme.

Corneau, G. (1989). Père manquant, fils manqué. Éd. de l’Homme.

Dalpé, Y., Côté, J. (2010). La puissance des Amoureux de longue durée. Éd. Québécor.

Delagrave, M. (1995). Les Ados : Mode d’emploi. Publications MNH.

Dorman, M., Klein, D. (1986). L’enfant parait et le couple demeure. Éd. de l’Homme.

Grenier, L. (2004). Filles sans père. Éd. Québécor.

Halpern, H.M. (1982). Adieu. Éd Le Jour.

Martin-Laval, H. (1986). Comment négocier avec l’enfant de l’autre. Éd. Libre Expression.

Moraldi, V., Gaubert, M. (2011). La Fille de son Père. Éd. de l’Homme.

Peacock, F. (1999). Arrosez les fleurs, pas les mauvaises herbes. Éd. de l’Homme.

Peck, E. (1977). L’enfant unique. Éd. de l’Homme.

Pratte-Marchessault, Y. (1977). Futur père : votre rôle pendant la grossesse et l’accouchement. Éd. de l’Homme.

Schierse-Léonard, L. (1982). La Fille de son père. Éd. Le Jour.

Tedguy, C.B. (1988). Le Complexe des copains. Les Éditions de l’Époque.

F A Q

Qu’est-ce qu’un psychologue ?

Le psychologue est un expert du comportement, des émotions et de la santé mentale. Il intervient auprès des personnes qui éprouvent de la détresse ou des difficultés psychologiques.

Chaque psychologue a réalisé entre 7 et 9 ans d’études universitaires en psychologie. Sa formation lui permet de comprendre le comportement humain et de connaître les meilleurs moyens d’aider ses clients à résoudre leurs difficultés psychologiques.

Le travail du psychologue consiste à :

• évaluer le fonctionnement psychologique et la santé mentale de la personne;
• déterminer les interventions ou les traitements qui pourraient l’aider;
• procéder aux interventions ou aux traitements qu’il est habilité à faire, par exemple la psychothérapie;
• s’il estime que la personne a besoin de médicaments, lui recommander de consulter un médecin à ce sujet.

*Tiré du site de l’Ordre des psychologues du Québec

Selon la loi, le champ d’exercice des psychologues :

L’exercice de la psychologie consiste à évaluer le fonctionnement psychologique et mental ainsi que déterminer, recommander et effectuer des interventions et des traitements dans le but de favoriser la santé psychologique et de rétablir la santé mentale de l’être humain en interaction avec son environnement.
L’information, la promotion de la santé, la prévention du suicide, de la maladie, des accidents et des problèmes sociaux font également partie de l’exercice de la profession auprès des individus, des familles et des collectivités.

*Tiré de la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines

Qu’est que la psychothérapie ?

La psychothérapie est un traitement psychologique. Elle vise à amener une personne à changer des attitudes ou comportements, à changer sa manière de penser ou de réagir, afin de lui permettre de mieux se sentir, de trouver des réponses à ses questions, de résoudre des problèmes, de faire des choix et de mieux se comprendre.

Selon la loi, la psychothérapie se définit comme suit :

Un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique qui a pour but de favoriser chez le client des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, dans sa personnalité ou dans son état de santé. Ce traitement va au-delà d’une aide visant à faire face aux difficultés courantes ou d’un rapport de conseils ou de soutien.

Il existe d’autres interventions qui s’approchent de la psychothérapie mais qui n’en sont pas : la rencontre d’accompagnement, l’intervention de soutien, l’intervention conjugale et familiale, l’éducation psychologique, la réadaptation, le suivi clinique, le coaching et l’intervention de crise.

À   V E N I R

Dr Rochefort rédige actuellement un livre intitulé
« La portée des mots : l’impact des mots dans ma vie, l’impact des mots en psychothérapie »

Qui sera publié début 2020. Soyez à l’affut !

M E   J O I N D R E

© Copyright - Dr Jean-Guy Rochefort, D.Psy. - Réalisation web par: PommeG.com